Identité numérique Particuliers Vie privée

Pornographie, violence ou drogue, quels contenus Internet consultent les enfants ?

Chaque année, les enfants sont de plus en plus nombreux à aller sur Internet. La plupart des parents ont parfaitement conscience de l’existence de sites à caractère pornographique, présentant des images violentes, faisant l’apologie de la drogue ou comportant d’autres contenus indésirables.

Cependant, tous ne sauraient imaginer quelles sont les catégories particulières de ces sites inappropriés que les enfants tendent à visiter le plus ou à quelle fréquence ils les consultent. C’est pourquoi Kaspersky Lab a décidé d’apporter une réponse à ces questions en analysant les recherches[1] effectuées par les jeunes internautes. Dix catégories de contenus indésirables sur le Web ont été choisies pour faire l’objet de cette étude : pornographie et érotisme, logiciels illégaux, drogues, cruauté et violence, propos grossiers, armes, jeux d’argent, serveurs proxy anonymes, systèmes de paiement, jeux en ligne.

Les 10 interdits
Les parents jugent traditionnellement trois types de contenus particulièrement indésirables pour leurs enfants. Il s’agit des contenus pornographiques et érotiques, cruels et violents ou encore en rapport avec la drogue. Concernant ces trois catégories, l’étude donne les résultats suivants :

·        Dans la quasi-totalité des pays, la catégorie « pornographie et érotisme » vient – de loin – en tête des statistiques de consultation issues des notifications du module de contrôle parental de Kaspersky Lab. Les pourcentages les plus élevés de visites [2] sur des sites à caractère pornographique ou érotique ont été relevés au Japon (74,9 %) et en France (68,9 %), suivis au troisième rang par le Mexique (56,3 %).

·        Les sites relevant de la catégorie « cruauté et violence » sont consultés le plus souvent au Mexique (8,6 %) et aux Etats-Unis (7 %), puis en Europe – notamment au Royaume-Uni et en Espagne (4,8 % chacun). D’après les statistiques du contrôle parental, la popularité des sites de cette catégorie est relativement faible. Néanmoins, il est à noter qu’il est pratiquement impossible d’y aboutir par accident : seule une recherche délibérée peut y mener. Par conséquent, même faibles, les pourcentages de visites de ce type de sites doivent constituer pour les parents un signal d’alerte et une source de préoccupation.

·        Les sites de la catégorie « drogues », tout comme ceux de la catégorie « cruauté et violence », reçoivent le plus de visites au Mexique (1,8 %) et aux Etats-Unis (1,4 %). Le Royaume-Uni se classe en troisième position (0,9 %).

Les logiciels illégaux sont particulièrement prisés en Chine et c’est donc dans ce pays que cette catégorie se détache largement (69,4 %, contre 24 % pour le « concurrent » le plus proche, l’Espagne, et 10.6 % pour le Japon).

Résultats pour les autres catégories
·        Propos grossiers : Russie (10,7 %), Italie (9 %), Mexique (7,7 %).
·        Armes : Russie (26,4 %), Italie (13,7 %), Etats-Unis (12 %).
·        Jeux d’argent : Italie (15,7 %) Etats-Unis (15,4 %), Royaume-Uni (13,5 %).
·        Serveurs proxy anonymes : Mexique (2,1 %), Royaume-Uni (1,2 %), Italie (0,8 %).
·        Systèmes de paiement : Italie (8,5 %), France (5,5 %), Allemagne (2 %).
·        Jeux en ligne : Allemagne (41,1 %), Australie (13,4 %), Etats-Unis (11,2 %).

« En dehors des contenus indésirables, Internet s’accompagne d’autres dangers non moins préjudiciables pour les enfants, à l’exemple du cyberharcèlement. Les agresseurs peuvent exploiter tous les canaux possibles d’interaction en ligne – réseaux sociaux, forums, chats, messageries – qui, lorsqu’ils sont combinés peuvent causer chez les victimes une souffrance mentale dont celles-ci n’osent pas parler. Du point de vue technique, le cyberharcèlement n’est pas si simple à combattre, de sorte que le contrôle parental n’est guère efficace en la matière. En règle générale, les enfants ne sont pas de taille à faire face seuls à des agresseurs : les parents ont donc un rôle important à jouer dans la protection des plus jeunes contre ce fléau. Dans l’idéal, ils doivent prêter attention aux activités de leurs enfants sur Internet. » commente Anna Larkina, analyste senior chez Kaspersky Lab.

Internet oblige les parents à parler plus tôt des « choses de la vie »
Pour AVG Technologies, une étude montre que pour 68% des parents en France, la technologie accélère la fin de l’innocence de l’enfance et les oblige à aborder plus tôt des sujets délicats avec leurs enfants. Des enfants âgés de 10 ans, soit 5 ans plus tôt que leurs parents, dont la majorité (50%) ne se souviennent pas d’avoir eu cette conversation avant l’âge de 15 ans – et parfois pas du tout (42% global, 37% en France).

Concernant les thèmes tels que la pornographie, le sexe et la puberté – sujets de conversation les plus gênants pour les parents interrogés – Internet ressort nettement comme la raison principale d’avoir à avancer cette discussion (76% global, 68% en France). Les inquiétudes liées au temps passé en ligne par leurs enfants (une préoccupation pour 42% des parents globalement, 43% en France) et la facilité avec laquelle ils peuvent accéder à des contenus inappropriés (47% global et 50% en France) se dégagent très clairement.

Alors que l’étude fait état d’une certaine confusion chez les parents quant au meilleur moyen d’assurer la sécurité en ligne de leurs enfants, la série de livres numériques interactifs « Magda and Mo » propose des conseils clairs et simples pour trouver les mesures les plus efficaces. Parmi les méthodes le plus souvent utilisées par les parents figurent l’interdiction pour les enfants de visiter des sites inconnus sans demander la permission (53% global et 47% en France) ; l’interdiction de « chatter » avec des inconnus ou de faire des achats en ligne (51% chacun globalement et 45% et 44% respectivement pour la France) ; et la limitation du temps que les enfants sont autorisés à passer sur Internet (44% globalement, 42% en France) – en revanche, aucune mesure n’a recueilli à elle seule la préférence d’une écrasante majorité.

Bien que plus de huit parents sur dix (81%) imposent une ou plusieurs restrictions, seulement un tiers des enfants (35% globalement, 38% en France), interrogés avec leurs parents, considèrent qu’Internet présente des dangers. La plupart des parents estiment que leurs enfants connaissent mieux Internet qu’eux-mêmes avant l’âge de 12 ans, et un parent sur cinq (19%) pense que ce sera déjà le cas avant l’âge de 9 ans.

« Ces résultats illustrent la nécessité d’initier très tôt le processus d’apprentissage des règles de sécurité en ligne, et le besoin pour les parents et les enfants d’en faire une activité partagée. Dans un contexte d’utilisation croissante d’appareils connectés, on ne peut pas sous-estimer l’importance d’aborder le sujet très tôt et correctement. » explique Judith Bitterli, Directrice marketing chez AVG Technologies.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets