Cybersécurité IOT Securite informatique

Future attaque ? Le petit frère de Miraim, Reaper, collecte ses objets connectés

repear

Reaper, un nouveau botnet visant des objets connectés,  emmagasinerai des informations pour une future attaque.

Reaper, une menace plus grande que Mirai ? Voilà ce qu’annonce plusieurs sociétés de sécurité informatique concernant le botnet Reaper. Les chercheurs de Checkpoint se demandent si une attaque d’envergure ne serait pas en préparation.

Reaper partage des caractéristiques similaires à celles de Mirai, mais il peut « évoluer » afin d’exploiter les vulnérabilités des appareils connectés à Internet.

Il aurait déjà touché plus d’un million d’appareils dans le monde entier. Plusieurs experts estiment qu’il pourrait bientôt être armé pour lancer des cyber-attaques de la même manière que Mirai l’année dernière.

Laurent Pétroque, expert en attaque DDoS chez F5 Networks, indique d’ailleurs que « Le botnet Reaper est une évolution du botnet Mirai qui avait fait de nombreux dégâts, en faisant tomber le gestionnaire de noms de domaine DYN, ce qui avait eu pour conséquence de rendre indisponibles de nombreux grands sites internet.« 

Reaper se développerait depuis plus d’un mois, se propageant parmi de nombreux types d’appareils connectés.

Reaper et Mirai, des armes numériques !

La plus grande différence entre Reaper et Mirai ? Mirai essayait de se connecter aux appareils au travers de Telnet. Il utilisait les mots de passe trop faibles ou ceux utilisés par défaut pour prendre le contrôle des appareils. Bref, jouer avec les mots de passe usine !

Le botnet Reaper de son côté cherche à exploiter les vulnérabilités des appareils non patchés. Mission, en prendre le contrôle et de les ajouter à une plate-forme de commande et de contrôle. Cela signifie qu¹il peut continuer à croître et être utilisé pour toutes sortes d’activités criminelles. « Une simple mise à niveau du mot de passe n’est pas suffisante pour se protéger du botnet. Elle est tout de même fortement recommandée pour tous les appareils connectés à Internet. » confirme F5.

Il n’en reste pas moins que le botnet Reaper possède déjà de nombreux appareils sous son contrôle. Il peut encore être utilisé pour causer du tort. C’est pour cette raison que chacun doit se préparer au pire. Les motivations des cybercriminels ? Déclencher le chaos ? Obtenir un gain financier ou cibler un pays/organisation spécifique ?

On peut d’ailleurs se demander si les dernières attaques DDoS visant par exemple plusieurs importants hébergeurs Français, mais aussi la société de transport public Suédois n’étaient pas des tests grandeur nature.

De son côté, depuis fin septembre, Check Point a vu augmenter le nombre de tentatives pour exploiter une combinaison de vulnérabilités trouvées dans différents objets connectés. Des attaques profitant de caméras IP wireless comme : GoAhead, D-Link, TP-Link, AVTECH, NETGEAR, MikroTik, Linksys, Synology.

Les tentatives de cyberattaques proviennent de différentes sources et d’une large variété d’objets connectés. Cela signifie que ce sont les objets connectés eux-mêmes qui ont répandu l’attaque.

Jusqu’à maintenant, Check Point estime que plus d’un million d’entreprises à travers le monde ont été infectées, et le chiffre ne fait qu’augmenter.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets