Cybersécurité Mise à jour Social engineering

Une formule mathématique pour contredire les théories du complot

vulnérables aux cyberattaques données d’une personne décédée

Les théories du complot font les choux gras de quelques personnes dans le monde afin de recruter des internautes à des fins peu recommandables, ou tout simplement, faire de la page vue. Une formule mathématique permet de contredire complotistes.

conspiration

S’il fallait définir rapidement un complot, nous aurions besoin d’une poignée de personnes qui, dans l’ombre, prépare une action malveillante. Prendre le pouvoir, attaque un système informatique ou s’amuser de voir jusqu’où l’idée atteindra son apogée. Quand une dizaine de personnes fomentent un complot, cela reste difficile à tracer, remonter. Quand il s’agit de centaines d’individus, cela commence à être plus visible. L’un d’eux fera une erreur, vendra la mèche. Un chercheur vient de proposer une méthode pour couper cour aux théories du complot via une formule mathématique.

Le Docteur David Grimes officie à l’Université d’Oxford. Il a réfléchi à l’idée que si un individu reste imprévisible, un groupe de personnes permet de dégager certaines tendances. En analysant des exemples passés de conspirations, et qui ont été mis à jour, le chercheur est capable de prédire la longévité du complot. L’analyse se fait via des informations telles que le nombre de personnes impliquées dans chaque complot, et combien de temps il a fallu pour quelqu’un découvre le complot. Parmi les éléments, le programme de surveillance menée par l’Agence américaine de sécurité nationale (NSA), connu sous le nom PRISM, mis au grand jour par Edward Snowden. Il aura fallu 6 ans pour que soit révélé cet espionnage.

Autre élément, l’expérience de Tuskegee sur la syphilis. Le fait que le traitement pour la syphilis, via la pénicilline, a été délibérément bloqué pour soigner des patients. Le docteur Peter Buxtun alarmera l’opinion publique après 25 ans de « complot ». Il aurait impliqué 5 700 personnes.

Le dernier élément qui a permis cette « formule mathématique », le scandale du FBI et les révélations du docteur Frederic Whitehurst. Les analyses médico-légales de l’agence étaient trompeuses. Bilan, des innocents avaient été condamnés à mort. Le Dr. Grimes estime qu’un maximum 500 personnes auraient été impliquées et qu’il aura fallu six ans pour le scandale explose.

Dr Grimes détermine qu’à un moment donné, les chances de déjouer une conspiration via une fuite d’un de ses propres membres, était de quatre sur un million. De toute évidence, les chances augmentent rapidement quand le temps passe et que le nombre de personnes impliquées dans le complot est important.

Le chercheur d’Oxford a donc utilisé sa formule sur de récentes théories. « On n’a jamais marché sur la Lune » ; « Le changement climatique est une invention » et « les vaccins contre l’autisme et le cancer existent ». Dans le premier cas, Dr. Grimes indique que si complot il y avait eu, il aurait été en 4 ans, le changement climatique en 43 mois et ceux sur les vaccines, en 3 ans et 2 mois. L’atterrissage sur la Lune a impliqué 411 000 personnes, des employés de la NASA. Un atterrissage qui date de 1965. Pour l’universitaire, seulement 251 amateurs de la théorie du complot auraient été impliqués dans cette diffusion de conspiration. Le projet Manhattan, la fabrication d’une bombe atomique par les américains est un parfait exemple du contrôle de l’information et de sa compartimentation. 120 000 personnes ont travaillé sur le projet de cette bombe. Seule une poignée savait véritablement la finalité du projet Manhattan. La majorité de ces personnes avait reçu des instructions et des objectifs qui ne se rapportaient qu’à un segment très étroit du projet. Si les bombes n’avaient pas été déversées sur le Japon, la grande majorité des 120 000 militaires et scientifiques n’auraient jamais su sur quels travaux ils officiaient. David Grimes explique cependant que sa formule n’est pas tout. Elle n’a pas pour vocation de fournir une vérité incontestable.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets