Argent Cyber-attaque Cybersécurité

Cyber criminels se penchent sur Bitcoin

Comment les cybercriminels exploitent les monnaies virtuelles comme Bitcoin. D’abord, petit rappel de DataSecurityBreach.fr sur ce qu’est le Bitcoin. Bitcoin est une monnaie virtuelle décentralisée en ligne basée sur une source ouverte, le protocole P2P. Les Bitcoins peuvent être transférés sur un ordinateur sans avoir recours à une institution financière. La création et le transfert Bitcoin est effectué par des ordinateurs appelés «mineurs» qui confirment la création du bitcoin en ajoutant les informations dans une base de données décentralisée. Les Bitcoins deviennent plus difficiles à produire. Il n’y a plus « que » 10 millions de bitcoins en circulation aujourd’hui. La conception Bitcoin permet uniquement de créer 21 millions de pièces virtuelles. Cette limite sera atteinte au cours de l’année 2140. Le portefeuille Bitcoin est ce qui vous donne la propriété d’une ou plusieurs adresses Bitcoin. Vous pouvez utiliser ces adresses pour envoyer et recevoir des pièces provenant d’autres utilisateurs/internautes. Il existe les « piscines ». Espace qui permet à plusieurs internautes de « fabriquer » des Bitcoins. L’idée, travailler ensemble pour faire des bitcoins et partager les bénéfices de manière équitable. Enfin, vous pouvez acheter et vendre des bitcoins en utilisant plusieurs monnaies du monde réel (Euro, Dollar, …) à l’aide de plusieurs espaces d’échanges tels que MtGox, BTC-E ou encore Virtex.

En raison de la popularité croissante du Bitcoin, cette monnaie est devenue une cible intéressante et rentable pour les cybercriminels. Au cours des dernières années, DataSecurityBreach.fr vous a relayé d’une augmentation du nombre d’attaques et de menaces impliquant la monnaie virtuelle. Les « vilains » ont adapté leurs outils afin de voler des bitcoins à leurs victimes, utiliser des systèmes compromis pour exploiter des bitcoins et, bien évidement, traduire la monnaie virtuelle en billets biens réels. D’autre part les échanges virtuels sont également des victimes potentielles : phishing, déni de service. Dans ce dernier cas, la mission est clairement la déstabilisation du taux de change et des profits.

Au cours des dernières années, la capacité de voler le fichier wallet.dat (Le portefeuille Bitcoin, ndlr Data Security Breach) a été ajoutée à plusieurs familles de logiciels malveillants. En outre, de nouvelles familles de logiciels malveillants sont apparus dans le but de voler ce fichier à partir des machines infectées. Par exemple, une version du malware Khelios a été utilisée pour envoyer de faux courriels et inciter le téléchargement du malveillant. Mission finale, voler des données provenant des systèmes infectés. En conséquence, si un utilisateur du Bitcoin est infecté, le keylogger intercepte les frappes claviers dédiés aux Bitcoins. Le fichier porte-monnaie peut être protégé par un mot de passe… sauf que la majorité des logiciels pirates dédiés aux vols de données bancaires ont intégré le moyen de cracker le mot de passe du portefeuille. A noter que des botnets IRC s’exécutent sur la base du « AthenaIRCBot », un code source qui a la capacité de voler le fichier portefeuille (exemple : 928296a933c8eac9282955d47a811aa2759282973b8789bcfd567fb79282908ea).

38000

En plus de voler le porte-monnaie Bitcoin, le nombre de logiciels malveillants qui permettent aux pirates d’utiliser la puissance de l’ordinateur des victimes est grandissante. Il permet aux escrocs numériques de générer des Bitcoins. Des variantes de Zeus/Zbot utilisent des « plugin » qui visent BitCoin.  L’année dernière, zataz.com vous parlait d’attaques de sites web, avec l’installation d’iframe « bizarres » dans les sites infectés. Les iframes dirigés les internautes vers le site anshaa[*]com. L’attaque visait Bitcoin. Au cours des derniers mois, plusieurs variantes de Dorkbot, y compris celui qui visait Skype, était exploité pour ajouter la capacité mining pool dans les ordinateurs infectés. Une fois que le système compromis, une version de la Ufasoft mining pool est lancée. Le pirate produit du Bitcoin sans se fatiguer. Derrière ce botnet, le même groupe. Il exploit(ait)e : cantvenlinea[*]biz, revisiondelpc[*]ru, cantvenlinea[*]ru, hustling4life[*]biz.

Alors que ce premier groupe a fait tourner son arnaque durant près de 6 mois, un autre groupe de pirates exploite, depuis 1 an, Dorkbot. Si le premier gang semble être des pays de l’Est, le second passe par l’Asie pour agir. Ce groupe exploite aussi une autre monnaie virtuelle, Litecoins. Dans ces cas, les pirates exploitent de faux logiciels diffusés via le P2P et les fameux iFrames installés dans des sites compromis via des kits Exploits de type  Blackhole. Comme vous pouvez le voir dans notre capture écran de comptes pirates, plusieurs escrocs utilisent des adresses Bitcoin. Bilan, il est possible de voir  les transactions effectuées par ces comptes. Certains affichent plus de 38.000 dollars de recettes ! Pas mal pour un petit Botnet !

Mtgox est le plus grand lieu d’échange Bitcoin. Il est possible de transformer ses Bitcoins en Euros ou Dollars. Ces dernières semaines, la popularité croissante de Bitcoin et Mtgox a attiré les pirates. Début avril, le site mtgox-chat[*]info ciblait les utilisateurs Mtgox. Mission de ce piège, inciter l’internaute à télécharger une applet Java malveillante. Marrant, le serveur pirate de gestion (C&C) se nommait « tamere123 ». Il faut dire aussi qu’avec 20.000 comptes Mtgox créé par jour (le nombre de comptes pirates n’est pas connu, ndlr DataSecuritybreach.fr), l’intérêt des escrocs ne fait que suivre le mouvement.

Vous commencez à comprendre pourquoi le Bitcoin a plongé de 50% la semaine dernière, passant de 36 euros le 16 mars pour atteindre 200 euros, 1 mois plus tard. Le Bitcoin se stabilise autour de 75 euros. Jusqu’au prochain problème, comme celui vécu début avril, chez Bitcoin central !

2 Comments
  1. Pingback: ALERTE : Cyber criminels se penchent sur Bitcoi...

Comments are closed.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets