Premier rapport trimestriel de Corero Network Security : du déni de service au contournement de la cyber-sécurité. Des attaques plus fréquentes et avec de nouvelles visées, voilà le constat inquiétant du premier rapport publié par Corero et réalisé à partir des données de ses clients.

Corero Network Security, éditeur de solutions de sécurité contre les attaques par DDoS comme Première Ligne de Défense, publie aujourd’hui la première édition de son étude trimestrielle sur les tendances et l’analyse des DDoS. En analysant les données des clients du quatrième trimestre 2014, Corero constate que les pirates ont évolué dans leur utilisation des attaques DDoS. Celles-ci servent désormais à contourner les solutions de cyber-sécurité des entreprises, à perturber la disponibilité des services et à infiltrer les réseaux des victimes.

Le Rapport trimestriel Corero sur les tendances et l’analyse des DDoS s’appuie sur des données provenant de ses clients – hébergeurs, data centers, FAI et entreprises en ligne – du monde entier et sur l’analyse de l’état de l’art faite par le SOC (Security Operations Center) de la société.

Des attaques plus courtes et à saturation partielle
DDoS était précédemment le nom consacré pour ces attaques car elles déniaient l’accès aux sites web ou aux solutions basées sur le web. Bien que ce soit encore le cas en certaines circonstances, les organisations sont également visées par un nouveau type de trafic d’attaque par DDoS. Les données des clients de Corero montrent deux nouvelles tendances : de courtes explosions du trafic au lieu d’épisodes qui se prolongent et des attaques par saturation partielle des liaisons au lieu de l’inondation complète du réseau, comme le terme déni de service l’évoquait historiquement.

Au lieu de longues attaques, environ 96% des attaques DDoS ciblant les clients de SmartWall Threat Defense System (TDS) de Corero ont duré 30 minutes ou moins. Le problème provient du fait que les clients Corero observent en moyenne 3,9 tentatives d’attaques journalières. Pour les organisations qui s’appuient sur des défenses hors bande ou sur le nettoyage anti-DDoS pour réacheminer le trafic après qu’une attaque ait été identifiée, cela peut prendre jusqu’à une heure pour que la solution cloud de mitigation des DDoS prenne le relais avec succès. Ce temps de réponse assez long signifie que même les principaux outils du cloud pour la défense contre les DDoS pourraient complètement rater une attaque. Les organisations subiraient alors les pannes que ces solutions sont censées prévenir.

En outre, 79% des tentatives d’attaque DDoS ciblant les clients de Corero entre le 1er Octobre et le 31 Décembre 2014 avaient des pics d’utilisation de la bande passante inférieurs à 5 Gbps. Ces attaques visaient à partiellement saturer la liaison Internet et détourner l’attention des équipes de sécurité de l’entreprise, tout en laissant suffisamment de bande passante disponible pour qu’une attaque ultérieure permette d’infiltrer le réseau de la victime et d’accéder aux données sensibles ou à la propriété intellectuelle du client.

Des DDoS à des fins de profilage
Alors que les attaques volumétriques par DDoS sont plus faciles à identifier et recueillent souvent la plus grande attention, Corero a constaté que les attaquants commencent à démultiplier les attaques multi-vecteur et adaptables à leur cible. Cela leur permet de profiler la stratégie de défense de la sécurité du réseau de la victime, puis de lancer de nouvelles attaques qui contourneront les outils de cyber-sécurité de l’organisation.

« Les attaques par déni de service ont été une menace pour la disponibilité du service pendant plus d’une décennie. Plus récemment, ces attaques sont devenues plus sophistiquées et multi-vectorielles, débordant les mécanismes traditionnels de défense ou les contre-mesures réactives », déclare à DataSecurityBreach.fr Dave Larson, CTO et vice-président Produits de Corero Network Security. « Comme les expériences de nos clients l’indiquent, la régularité de ces attaques souligne simplement le besoin croissant d’une protection adaptée pour vaincre les attaques DDoS à la périphérie du réseau et assurer l’accessibilité nécessaire à l’entreprise connectée à Internet ou aux fournisseurs d’accès Internet eux-mêmes. »

Pour que les organisations se défendent à la fois contre les méthodes d’attaque DDoS traditionnelles et évolutives, Corero préconise de mettre en œuvre une technologie pour détecter, analyser et répondre aux attaques DDoS en inspectant le trafic Internet brut par le débit de la ligne, pour identifier et bloquer les menaces dès les premiers paquets d’une attaque donnée. Mettre en place une stratégie de sécurité multicouche mettant l’accent sur la visibilité continue et l’application de la politique de sécurité pour installer une première ligne de défense proactive capable de lancer la mitigation des attaques DDoS, tout en maintenant une connectivité de plein service et la disponibilité du trafic légitime. Veiller à la visibilité totale des couches applicatives et du réseau lors événements de sécurité DDoS. Cette bonne pratique permet également l’analyse forensique des menaces passées et permet de disposer des rapports de conformité de l’activité de sécurité. (Le rapport)

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets