Hajimé RSSI humain cryptomonnaie cyber offensives

Enquête sur la diffusion de la propagande de l’État Islamique sur Internet

Des analystes d’une société américaine ont infiltré les deux principaux forums de l’EI sur le Deep & Dark web pour définir les plateformes de diffusion de contenus les plus populaires.

Entre janvier 2015 et décembre 2017, les analystes de Flashpoint ont infiltré et étudié les deux principaux forums de l’EI sur les réseaux du Deep & Dark web. Ces deux forums sont appelés « Forum 1 » et « Forum 2 » dans l’enquête présentée par Flashpoint. Les analystes de Flashpoint ont plus particulièrement analysé les liens URL partagés par les membres de ces deux forums – soit 290 000 liens sur le Forum 1 et 730 000 liens sur le Forum 2 (certains liens étant dupliqués sur les deux forums) – afin de définir les plateformes d’hébergement de contenus les plus populaires.

Archive.org, véritable « librairie » de l’Etat Islamique sur Internet

Comme le révèle le tableau ci-dessous, le site Archive.org est depuis plus de 3 ans, la plateforme d’hébergement de contenus extrémistes la plus utilisée par l’EI et ses partisans pour diffuser leur propagande. Archive.org est un site légitime qui est à l’origine un projet d’un spécialiste de l’intelligence artificielle du célèbre institut américain MIT et qui a pour objectif d’archiver le « Web » à l’intention des futures générations. Mais l’enquête de Flashpoint démontre que le site offre à l’Etat Islamique le meilleur moyen d’héberger des contenus sur la durée. En effet, même si certains contenus ont été effacés, de nombreux autres sont restés accessibles sur Archive.org durant les 3 ans de l’enquête.

Plusieurs célèbres plateformes sont également très populaires et positionnées en haut du top 10 des principales plateformes utilisées pour diffuser du contenu de propagande. Même si son utilisation a légèrement décliné entre 2015 et 2017, Youtube fait toujours parti du Top 5 de ces plateformes, tout comme Google. Il est tout de même à noter que même si Twitter et Youtube n’ont pas rendu public l’ensemble de leurs actions pour éradiquer les contenus extrémistes de leur plateforme, leurs efforts ont eu des résultats. Twitter a ainsi disparu du top 10 des plateformes les plus populaires.

D’après les messages récupérés par les analystes de Flashpoint sur les forums, le groupe EI semble regretter ce manque de présence sur Twitter. Dans un post publié sur le Forum 2 en janvier 2018, l’auteur d’un fil de discussion a partagé une capture d’écran d’un tweet qui déclarait, en langue arabe, que « l’une des plus grandes pertes de l’État islamique est la perte de ce que l’on appelait « Wilayat Twitter » (pouvant être traduit littéralement par « région administrative Twitter »).

Malgré cela, le groupe tente toujours en vain d’inciter ses partisans à revenir sur Twitter. Les analystes de Flashpoint citent par exemple un partisan de l’EI qui réagissait au tweet d’une capture d’écran soulignant la chute de l’utilisation de Twitter par l’EI, par un appel : « Nous vous demandons jour et nuit de revenir sur Twitter… »

Ce à quoi un autre partisan répondait (également traduit de l’arabe) : « Frère, cette tâche est impossible. J’ai moi-même eu plus de 120 comptes fermés sur Twitter. Parfois, trois comptes étaient fermés le même jour. Même si je n’étais pas aussi actif que d’autres comptes. Quelle est l’utilité d’un compte fermé une heure après son ouverture ? »

Telegram, un outil de diffusion efficace mais à l’audience trop limitée

L’enquête révèle que les unités médias de l’EI ont utilisé l’application de messagerie chiffrée Telegram de manière très efficace pour diffuser du matériel de propagande vers un public très ciblé. Néanmoins, la guerre de l’information leur impose de diffuser largement leurs messages pour qu’ils soient efficacement consommés par l’ensemble de leurs cibles (partisans, personnes vulnérables et radicalisables, voire même aux opposants de l’EI). Par conséquent, l’EI a besoin d’autres plates-formes pour diffuser la propagande.

L’un des principaux distributeurs de propagande de l’EI sur les réseaux, « Nashir News » a ainsi réalisé plusieurs tentatives pour s’implanter sur d’autres plates-formes, et encouragé les partisans à créer des comptes sur celles-ci pour redistribuer du contenu. Au cours de l’année 2017, le groupe a tenté d’établir des comptes sur Twitter et d’autres plateformes et agrégateurs de médias sociaux. En outre, le groupe a publié des messages via Telegram pour appeler les partisans à établir des comptes Twitter et à redistribuer du matériel de propagande. Malgré ces efforts, les comptes étaient généralement fermés dans les heures suivant leur ouverture.

Ken Wolf, Analyste Intelligence Senior de Flashpoint, l’un des principaux auteurs de l’enquête, explique : « Les géants mondiaux de la Tech sont confrontés au défi de la propagande extrémiste. Non content de voir leurs plateformes utilisées à des fins malveillantes, ils sont également sous le feu des critiques pour leur incapacité à éradiquer ce fléau. Depuis décembre 2017, plusieurs gouvernements européens ont annoncé des plans pour taxer les entreprises de la Tech qui n’éliminent pas le contenu extrémiste de leur site Web (UK, Allemagne, etc.). Des mouvements d’Hacktivisme attaquent également la présence de l’EI en ligne comme OpISIS qui signale, détourne ou prend le contrôle des comptes de propagande. Certains mouvements peuvent également représenter un risque pour les plateformes elles-mêmes comme ce fut le cas en 2015 lorsque le groupe AttackNodes a mis Archive.org hors service au moyen d’une attaque DDoS pour alerter sur les contenus de propagande que le site hébergeait ».

Ken Wolf conclut : « Même si la plupart des plateformes mettent en place des actions pour les stopper, ou qu’ils sont signalés, les djihadistes font preuve d’une grande adaptabilité et résilience dans leurs efforts pour distribuer leur propagande. Alors que la guerre continue et que l’Etat Islamique subi des pertes territoriales, Internet va certainement se développer encore plus pour diffuser le plus largement possible l’idéologie du groupe et pour élargir la base de soutien de l’EI. Pour ces raisons, accroitre l’efficacité des programmes visant à stopper la présence en ligne de l’EI doit être un objectif majeur pour lutter et vaincre l’Etat Islamique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *