code malveillant rgpd Shadow Brokers iot cybercrime

299 failles corrigées par Oracle

Oracle corrige un total de 299 failles dont la vulnérabilité Struts dévoilée par les pirates de la NSA, Shadow Brokers.

Un total de 299 nouveaux correctifs de sécurité viennent d’être publiés par Oracle pour l’ensemble de ses gammes de produits. Cette mise à jour de sécurité corrige 25 instances de la tristement célèbre vulnérabilité qui sévissait au sein du composant Apache Struts et permettait à un attaquant distant de prendre le contrôle total du serveur exécutant Struts. Le correctif pour Struts a été appliqué à 19 instances de cette vulnérabilité qui affectaient Oracle Financial Services Applications ainsi que WebCenter, WebLogic, Siebel, Oracle Communications, MySQL et Oracle Retail.

Oracle a également publié le patch 25878798 pour Solaris 10 et 11.3 pour corriger l’exploit EXTREMEPARR (CVE-2017-3622), la deuxième vulnérabilité dévoilée par le groupe de pirates Shadow Brokers. Si elle est exploitée avec succès, la vulnérabilité EXTREMEPARR, avec un score de sévérité CVSS de 7,8 sur 10, facilite une élévation de privilèges locaux dans le composant « dtappgather ». L’autre vulnérabilité CVE-2017-3623 dévoilée par Shadow Brokers, baptisée « Ebbisland » ou « Ebbshave », a déjà été corrigée par Oracle lors de plusieurs distributions de patches pour Solaris 10, diffusées depuis le 26 janvier 2012 et elle n’affecte pas Solaris 11.

Sur un ensemble de 299 correctifs, MySQL, Financial Services, Retail et Fusion Middleware se taillent la part du lion des correctifs. La majorité des vulnérabilités au sein de Financial Services, Retail et Fusion Middleware étaient exploitables via le protocole HTTP, les attaquants pouvant prendre le contrôle total du système à distance sans avoir besoin d’aucun certificat.

Concernant les bases de données, le volume de vulnérabilités MySQL a sensiblement augmenté par rapport au serveur de base de données Oracle. Il en va de même pour la mise à jour des 39 correctifs pour MySQL, dont 11 exploitables à distance sans authentification. Soit un nombre important de failles par rapport aux 3 seuls problèmes affectant le serveur de base de données. Toutes les vulnérabilités pour MySQL étaient exploitables via le protocole MySQL utilisé par les systèmes clients pour se connecter au serveur de bases de données. Les entreprises devraient donc dresser un inventaire détaillé de leurs serveurs MySQL concernant leur exposition, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de l’entreprise.

Java SE a bénéficié de 8 correctifs de sécurité, notamment pour 7 vulnérabilités exploitables à distance sans authentification. AWT, JCE ainsi que d’autres composants réseau Java étaient affectés et susceptibles d’être exploités via FTP, SMTP et de nombreux autres protocoles. 21 produits Sun Systems ont été corrigés dont Solaris, l’appliance de stockage Sun ZFS et Solaris Cluster. Parmi ces derniers, 8 vulnérabilités étaient exploitables à distance. Le composant le plus affecté dans Oracle Linux était la solution de virtualisation Oracle VM Virtual Box avec 6 vulnérabilités exploitables à distance.

(Cf tableau – liste de vulnérabilités exploitables à distance et résolues par le pack de correctifs).

En résumé, il s’agit d’une mise à jour de sécurité d’envergure avec 299 correctifs publiés pour toute la gamme de produits Oracle, corrigeant la vulnérabilité Apache Struts embarquée dans certains produits, ainsi que 162 vulnérabilités exploitables à distance. (Publié par amolsarwate dans The Laws of Vulnerabilities)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *