Internet des Objets
Les objets connectés et l’IoT (Internet des Objets) ont changé notre quotidien, aussi bien d’un point de vue personnel que professionnel. Mais les utilisateurs doivent cependant rester prudents face à ces technologies et leur impact sur la vie privée.

Internet des Objets et sécurité – Selon une récente étude iab France et Médiametrie, 53% des français pensent que les objets connectés représentent l’avenir. Toutefois, pour 56% de la population, la confidentialité des données personnelles représente le risque principal des objets connectés. Pour cause, l’IoT permet aux entreprises de créer de nouveaux produits et services – et cela implique de fait la collecte d’informations privées sur l’usage de ces produits. Les objets connectés nous forcent donc à repenser le concept et l’expérience de la confidentialité – ce qui représente un défi majeur pour les usagers, les administrations juridiques et les entreprises.

Le premier risque provient donc du flou juridique qui est, pour le moment, en vigueur. Il est aujourd’hui facile, notamment grâce à la CNIL, d’avoir le contrôle des informations fournies aux sites Internet. Mais celles récupérées par les objets connectés représentent un plus grand challenge. Il est important qu’un cadre légal et réglementaire clair soit mis en place.

Cependant, au delà de l’aspect juridique et de la confidentialité, il est important de réfléchir à la sécurité même de ces données. L’IoT est une technologie en mouvement, et comme toute technologie récente, elle fait encore face à des failles de sécurité. Ces dernières permettent aux hackers de potentiellement prendre le contrôle de l’objet en lui-même, d’attaquer les terminaux ou réseaux informatiques y étant connectés, mais aussi de récupérer les données qui y sont liées.

Internet des Objets

Pour minimiser les risques inhérents aux objets connectés, il faut donc que trois règles soient respectées :

L’intégrité et la sécurité physique : l’objet, quel qu’il soit, doit être pensé dès sa conception pour minimiser les failles et pouvoir être neutralisé en cas de corruption via, notamment, la suppression des données. Des systèmes de mot de passe ou d’identification peuvent également être au besoin mis en place.

La sécurisation des données en transit : les données recueillies par les objets connectés sont ensuite envoyées afin d’être analysées, consultées ou traitées. Elles sont donc également vulnérables lors de ce transfert et des cryptages performants doivent être mis en place pour les protéger.

La sécurité des serveurs : les objets connectés permettent aux entreprises d’avoir en leur possession un grand nombre de données personnelles sur les utilisateurs et leurs usages. Ces données sont stockées sur les serveurs de l’entreprise – qu’ils soient physiques ou basés sur le Cloud. La confidentialité et l’intégrité des données personnelles passent donc également par la capacité des entreprises et prestataires à sécuriser leur infrastructure.

Pour sécuriser l’IoT, il est donc primordial de ne pas oublier que les objets connectés sont un terminal informatique comme un autre – ils ne doivent pas être considérés comme de simples gadgets. Par conséquent, les règles fondamentales de la sécurité informatique doivent être respectées. (Par Stéphane Castagné, Responsable Commercial France chez Barracuda Networks)

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets