comptes RGPD rançon

FORTE PROGRESSION DES CYBERATTAQUES AVEC DEMANDE DE RANÇON

Les paiements intraçables en réponse aux demandes de rançon ont toutes les chances de séduire les pirates motivés par l’appât du gain alors que la valeur des crypto-monnaies continue d’augmenter.

La société Radware vient d’annoncer la publication de l’édition 2017-2018 de son rapport baptisé « Global Application and Network Security Report », qui révèle que le pourcentage des entreprises signalant des cyberattaques motivées par l’appât du gain a doublé en deux ans, avec 50% des entreprises sondées ayant reconnu avoir été victimes d’une cyberattaque avec demande de rançon au cours de l’année passée. Avec l’appréciation des crypto-monnaies, la forme de paiement préférée des pirates, le rançonnage est l’occasion d’encaisser d’importants profits. Et cela plusieurs mois après leur délit.

« Avec l’adoption rapide des crypto-monnaies, l’élévation consécutive de leur valeur séduit encore plus les hackers que la possibilité d’anonymat », explique Carl Herberger, vice-président en charge des solutions de sécurité chez Radware. « Le fait de payer un hacker dans ce contexte encourage d’autres attaques mais, surtout, cela apporte aux criminels les fonds dont ils ont besoin pour poursuivre leurs opérations. »

Demande de rançon, nouveau sport olympique sur le web

Le nombre des entreprises ayant signalé des attaques de ransomware, où les hackers utilisent des malwares pour chiffrer les données, systèmes et réseaux jusqu’au versement de la rançon, a nettement augmenté l’an dernier, et observe une hausse de 40% par rapport à l’enquête de 2016. Les entreprises ne prévoient pas de ralentissement de cette menace en 2018. Un dirigeant sur quatre (26%) considère que c’est la principale menace.

« Les criminels ont utilisé plusieurs vulnérabilités et tactiques de piratage cette année pour verrouiller l’accès à des systèmes vitaux, voler de la propriété intellectuelle et faire cesser les opérations des entreprises, en joignant chaque fois une demande de rançon », continue Herberger. « Entre les perturbations de service, les pannes ou le vol de propriété intellectuelle, les hackers laissent les entreprises démunies à la recherche de solutions a posteriori. Dès lors qu’ils emploient des méthodes de plus en plus automatisées, il est primordial que les entreprises adoptent une stratégie proactive de protection de leurs opérations. »

Voici quelques-unes des conclusions du rapport :

  • La protection des données est la préoccupation principale des entreprises frappées par une cyberattaque. Pour les sondés, la fuite de données est la crainte numéro 1. Elle est suivie par la dégradation de la réputation et l’inaccessibilité des services.
  • 24% signale des cyberattaques quotidiennes ou hebdomadaires. Elles sont près de 80% à ne pas avoir évalué le coût des attaques. Une sur trois n’a toujours pas de plan d’intervention en cas de cyberattaque.
  • Les sondés ne sont pas sûrs de savoir qui est responsable de la sécurité de l’Internet des objets (IoT). Les responsables de la sécurité ne parviennent pas à un consensus clair. Certains attribuent la responsabilité à l’organisation chargée de l’administration du réseau (35%). 34% au constructeur. 21% aux consommateurs qui utilisent ces équipements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *